daigo au japon rapport 2
Actu et Voyages Geek-trotteurs

Daigo au Japon : le volcan Sakurajima

Je vais aujourd’hui vous parler d’une deuxième visite qui m’a marqué lors de mon voyage sur l’île de Kyûshû (sud du Japon). Il s’agit d’un volcan, le Sakurajima, qui illustre à lui seul la toute puissance de la nature…

En arrivant à Kagoshima, je me suis promené dans un parc boisé assez étendu, Shiroyama. Ce parc offre un point de vue très intéressant sur la ville, en hauteur, et surtout sur une presqu’île, Sakurajima. Au centre de ce « petit » morceau de terre, se trouvent trois volcans existant depuis plus de 20 000 ans. Le premier a cessé d’être en activité il y a environ 4 500 ans. Mais depuis, un autre a pris le relais et est très actif ! Avant 1914, Sakurajima était une île, et une éruption du volcan cette année-là a rattaché l’île à une autre partie de Kyûshû, par la baie de Kagoshima.

Du coup je me suis renseigné le soir, pour savoir comment observer « Sakurajima-san » (le triple volcan) de plus près. On accède à la presqu’île en montant sur un ferry, qui fait très régulièrement la navette entre Kagoshima et Sakurajima. On y est en 15 minutes environ, et cela coûte seulement 160 ¥ l’aller. Si vous avez une voiture, vous pouvez la garer sur le ferry pour faire le tour de la presqu’île ensuite. Sinon, on vous propose plusieurs options : la location de vélo à 300 ¥ l’heure, ou un bus qui permet une visite touristique en groupe, pour 1800 ¥. Si vous choisissez cette option, comptez alors deux heures. Il y a une première visite à 9h30, et une deuxième à 14h30. La découverte en bus est l’option que j’ai retenue, car j’ai bien compris que ce ne seraient pas mes pieds seuls qui me feraient faire les 52 kms de circonférence de l’île… C’est un bon compromis car j’imagine que le vélo doit être assez fatiguant à la longue, et la voiture revient plus cher.

Il y a plusieurs points d’intérêts, je vais vous présenter les principaux que j’ai retenus. Tout d’abord, si vous n’avez pas eu le temps de visiter l’île comme moi à mon arrivée, et que vous avez faim, on vous montrera deux conbinis providentiels dans lesquels vous ne pourrez pas vous arrêter (adieu, modeste repas). Ensuite on commence l’ascension de la presqu’île pour se rapprocher un peu des volcans (tout en restant très loin ; mais on a une bonne vue sur les triplés). On découvre une petite pierre en forme de coeur. Il en existe six autres sur la presqu’île à trouver par soi-même, pour obtenir une bonne dose de bonheur !

Ensuite on découvre plusieurs spécialités locales : les plus gros daikon (radis) japonais, et de petites mandarines, qui peuvent pousser spécialement grâce à l’écosystème créé par les volcans. Si vous arrivez comme moi après la récolte, vous aurez droit tout de même à un petit lot de consolation : deux pastilles à sucer au gout du fruit. Le long du trajet, on découvre plusieurs coulées de lave refroidie, parfois retenues par des barrières qui n’ont rien à envier à Atlas qui porte le monde sur ses épaules.

Même si le volcan « fume » régulièrement, on n’est pas trop dérangé pendant la visite. Par contre il est clair que le jour où il y a une éruption, des lieux de mise à l’abri sont prévus, car ils sont nécessaires. En effet sur notre trajet, on découvre deux toriis mesurant 3 mètres de hauteur… Sauf qu’ils ont été ensevelis à 90% sous les cendres. Lorsque c’est arrivé, les quelques 4 000 habitants de la presqu’île ont commencé à déblayer la cendre, mais le maire de l’époque a souhaité qu’on laisse les toriis en l’état. On peut voir aussi sur la route plusieurs sacs servant à stocker la cendre.

En retournant au point de départ, on sera moins sadique avec vous, puisqu’on vous proposera de faire une halte dans un onsen (source d’eau chaude). Cela ressemble plus pour moi à des bains publics, car c’est exclusivement en intérieur, mais ces bains présentent un intérêt non négligeable : ils sont 3, pour 3 niveaux de température différents. Il est très agréable, lorsqu’on sue depuis quelques minutes, de passer un instant dans le bain froid. C’est vraiment revigorant, même si ça paraît difficile ! En ce qui me concerne j’adore faire ça : rien ne vaut une plongée totale dans les basses températures ! Vous apprécierez encore plus les eaux à 40 degrés, après ça…

Voilà pour ce petit tour de l’île. J’espère que vous avez apprécié, et je vous invite à faire cette expérience par vous-même.

Dans le prochain article, je vous emmènerai sur l’île principale du Japon, pour un petit voyage à travers le temps. Je ne vous en dis pas plus…

Cet article vous a été cuisiné par :

Daigo

Si vous avez aimé, partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix + dix-huit =