daigo au japon billet 3
Actu et Voyages Geek-trotteurs

Daigo au Japon : recueillement à Hiroshima

J’ai fini par dire au revoir au Kyûshû, après avoir visité quelques unes de ses grandes villes. La diversité des décors est quelque chose qui m’a bien marqué sur cette île, et j’avais hâte de voir ce que me réservait la suite. Je suis arrivé dans une autre région du Japon, Chugoku.
Plus précisément, je suis allé en premier lieu à Hiroshima… Je vous propose de commencer en s’arrêtant dans l’hôtel où j’ai séjourné (pour une petite anecdote curieuse), puis je vous emmènerai pour un petit voyage à travers l’Histoire, avant de vous faire découvrir un décor pour le moins… envoûtant.

Arrivé devant mon hôtel, j’ai été surpris de trouver que leur logo était… La Triforce dans un cercle ! Trois triangles donc, qui sont également imprimés sur leurs serviettes de bain ! Ça donne envie d’en avoir une…

Bref, après m’être posé un peu, je quitte l’hôtel, direction le parc du Mémorial de la Paix. Un lieu que devraient revisiter M. Trump et M. Jong-un, quand ils ressentent l’envie de faire joujou avec leurs armes à la moindre contrariété… J’associe à ce lieu un mot : puissance. La puissance d’un jet d’eau qu’on peut voir à l’entrée, par exemple. Mais aussi la puissance sonore de la cloche de la paix quand on la fait sonner. Ou alors tout simplement la puissance des sentiments des enfants, par leurs messages et leurs dessins tout autour de la statue de la fille à la grue, en hommage à Sadako Sasaki. À moins que la puissance la plus fascinante, ce soit celle de ce dôme qui a en partie résisté à la déflagration provoquée par la bombe atomique, pourtant tombée sur un pont quelques mètres plus loin, le 6 août 1945.

Je reviens juste un instant sur Sadako Sasaki. Cette petite fille est une des victimes de la bombe atomique, puisqu’elle a contracté une leucémie après le drame. Hospitalisée, elle a reçu une de ses amies qui lui a raconté que si elle pliait 1000 grues en origami, tous ses voeux pourraient être exaucés. Un espoir de guérison donc, que la fillette et sa famille ont poursuivi un temps, avant d’être rattrapés par la maladie… On raconte que les grues restantes ont été faites par des camarades de la petite fille. On peut les voir sur le monument, avec tous les dessins et autres productions.

En voyant ces différents monuments et hommages, j’ai eu du mal à contenir mes émotions. J’imaginais les enfants de 1945, passer en quelques secondes de la joie à une intense souffrance. Puis plus rien, ou alors une maladie mortelle qui t’emporte quelques années plus tard. Ce qui s’est passé à Hiroshima et à Nagasaki est réellement atroce. Nous avons jugé les plus grands criminels à Nuremberg et nous avons recherché activement les nazis qui ont tenté d’échapper à la justice. C’est très bien. Mais je regrette vraiment que le conflit se soit ainsi terminé en Asie…

Un autre souvenir très marquant de mon séjour à Hiroshima aura été une visite nocturne. Une visite du parc du château de la ville. En le visitant pendant la journée, j’ai aperçu une annonce pour une exposition artistique se déroulant en soirée. Je suis donc retourné dans le parc du château vers 20h30. Et là…

Un peu partout dans le chemin boisé, on avait disposé des oeufs gonflables de différentes tailles. À la nuit tombée, ces oeufs étaient allumés en passant par plusieurs couleurs : vert, jaune, rose, bleu, violet… Parfois ils s’allumaient tous de la même façon, parfois c’était progressif et d’autres fois c’était aléatoire. Mais c’était toujours magnifique. En observant les lumières, les gens devenaient des ombres de toutes formes, s’opposant au passage de la lumière.

Tout l’environnement alentour était mis en valeur par ces lumières : un point d’eau, des arbres, la tour du château… Un champ de petits oeufs attirait les plus jeunes enfants, qui s’amusaient à taper dedans en se faisant photographier par leurs parents. Pour les grands enfants (de 7 à 77 ans), il y avait un champ de grands oeufs pour se cacher et rire un bon coup. J’ai passé trois bon quarts d’heure à me promener dans ce qui m’évoquait la forêt envoûtante d’Alice au Pays des Merveilles. Un moment éphémère, mais inoubliable du voyage.

Nous sommes beaucoup restés dans les grandes villes jusqu’à présent, même s’il m’est arrivé au début du voyage de partir à la campagne. Alors avant de poser les valises pour la partie du voyage qui m’a probablement le plus enthousiasmé, je vous emmènerai, la prochaine fois, sur une toute petite île, pour changer…

Cet article vous a été cuisiné par :

Daigo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × deux =