spyro et kingdom hearts nostalgie
Découvertes pixellisées Manettes de Proust

Nostalgie et Playstation : quand Délia rencontre Spyro et Kingdom Hearts

Fin 2018, une console a enfin débarqué dans mon salon : la Playstation 4 !
J’en ai rêvé pendant un bon moment et je me la suis enfin appropriée avec mon compagnon 😊. Cela m’a permis de découvrir quelques pépites ludiques telles que le reboot de Tomb Raider ou Spider Man.
À Noël, Daigo et mon compagnon m’ont gâtée avec 2 jeux : la trilogie Spyro et la compilation Kingdom Hearts ! Ces jeux sont particuliers pour moi, car je n’avais pas joué aux originaux en leur temps…

Replaçons-nous dans le contexte familial...

Il y a une chose qu’il faut savoir sur la famille Feeder, c’est que nous sommes, et avons toujours été, des gamers très fidèles à Nintendo dans ses débuts. Car oui, notre passion à Daigo et moi pour les jeux pixellisés a commencé avec la NES, en passant par la N64 et le Game Cube. Ayant seulement découvert la PS2 en 2005, nous avons manqué pas mal de licences du côté de SEGA et bien évidemment, de la première Playstation.

Spyro le dragon : un petit joyau violet

Spyro le dragon fait partie de ces jeux que je ne connaissais que par les magazines et le bouche à oreille auprès des camarades. Je ne me suis même pas essayée aux épisodes GBA curieusement… enfin, il n’est jamais trop tard pour se rattraper ! Quand j’ai appris que les 3 premiers Spyro seraient remasterisés sur PS4 avec Spyro Reignited Trilogy, je me suis dit que ça serait l’occasion de m’y mettre 😄. Daigo l’a acquis le premier et m’a fait essayé le jeu : manette en main, j’ai tout de suite accroché. Le fait est que, en tant que nostalgique des jeux de plateformes de la période Rayman 3 et Jak and Daxter, je retrouvais un peu de mon enfance avec ce petit dragon.

Source : Ecranlarge et k-actus

Tout d’abord, le fait que le jeu est extrêmement simple à prendre en main, ça fait plaisir. C’est clair que passer d’un jeu d’aventure qui utilise toutes les touches de la manette (tel que Rise of the Tomb Raider ou Spider Man) à Spyro qui demande de : sauter, cracher du feu et courir en mode bélier, ça prend pas la tête et on est tout de suite dans l’action ! Le principe du jeu est tout aussi simple, dans le premier : ramasser des diamants dans chaque niveau et libérer des dragons prisonniers. La chasse aux trésors étant un de mes passe-temps favoris dans les jeux, j’ai tout de suite accroché au concept, en fouinant chaque recoin. La plateforme est aussi très sympathique et nous met à l’épreuve de façon croissante (les niveaux avec des accélérateurs sont super bien pensés et parfois très ardus !).

Un autre avantage repose sur le fait que la trilogie soit une compilation remasterisée réussie. Les graphismes sont léchés et chatoyants, un vrai bonheur pour les yeux mais aussi pour les oreilles. Les effets sonores et le mixage de la musique très “raymanesques” rendent l’exploration encore plus agréable et dépaysante. Eh oui, désolée mais pour moi la référence en univers fantastique des plateformers 3D ça sera toujours la licence Rayman… Donc je risque de le citer souvent 😛 On a vraiment la sensation de se replonger dans un jeu des années 90, tout en profitant d’un moteur récent.

un petit extrait pour la détente 🎵 :

Le seul bémol que je pourrais faire ressortir (du moins dans l’épisode 1), c’est que le scénario est un peu vide et que la VF n’est de ce fait, pas suffisamment exploitée. Les dragons que nous devons secourir donnent parfois de précieux indices pour avancer dans les niveaux, mais certains d’entre eux ne font que lâcher des répliques pas franchement drôles (vu que les personnages ne sont eux même pas exploités) ou encore un simple “merci”… C’est d’autant plus bête que Spyro est vraiment attachant dans sa gestuelle et ses remarques. D’ailleurs au passage, je précise… Spyro est doublé par Alexandre Gillet, la voix de Sonic chez nous depuis 2003 ! C’est vraiment dommage, j’aurai bien vu plus de vannes ou simplement des répliques bien plus loufoques, tel les phrases décalées des ptizètres de Rayman 3. J’imagine que dans le jeu d’origine, les présentations des dragons devaient être plus drôle que ça…

Source : Polygon

À cause du jeu dont je vais vous parler, je n’ai pas finis ce premier Spyro… Mais il me tarde d’avoir un peu plus de temps pour reprendre l’aventure !

Kingdom Hearts : marcher dans ses pas…

Ahh Kingdom Hearts… là pour le coup, même si je n’ai pas joué directement au jeu à l’époque, je le connais bien. Une bonne quantité d’heures passée par Daigo à l’époque sur la PS2 était dédiée à Final Fantasy X et aux deux premiers Kingdom Hearts. Ces univers étaient vraiment magiques, tant dans le game design que dans l’ambiance sonore et la poésie qu’ils dégageaient. Kingdom Hearts sortait néanmoins du lot car il mettait en scène des personnages imaginés de Final Fantasy dans les univers de films Disney… Suivre l’histoire de Sora en se battant aux côtés de Donald et Dingo, tout en rencontrant Cloud, c’était vraiment incroyable pour les petits rêveurs que nous étions. ont je vais vous parler, je n’ai pas finis ce premier Spyro… Mais il me tarde d’avoir un peu plus de temps pour reprendre l’aventure !

Ah bon sang ce que c’est beau ! Utada Hikaru dans toute sa splendeur !

Je suivais les aventures à l’époque avec Daigo, mais pendant toutes ces années je n’ai jamais eu l’idée de tester les jeux par moi-même. C’est grâce à mon compagnon, qui souhaitait refaire les jeux avant l’arrivée du tant attendu troisième opus avec la compilation Kingdom Hearts HD 1.5 + 2.5 Remix, que j’ai enfin décidé de prendre la manette pour parcourir cette odyssée avec Sora…

À l’exception près que les personnages parlent en anglais (au revoir VF), je ressens un profond sentiment de nostalgie : presque tout me revient en mémoire, les moindres actions que mon aîné a pu faire, je les vivais comme lui. Cette bande son merveilleuse notamment réveille directement la petite Délia des années 2000, tel que l’apaisant thème de Traverse Town, qui je pense, en a marqué plus d’un. Le jeu est vraiment prenant, ce que j’aime c’est aussi son côté “action RPG” qui fait que l’on mène ses combats et que l’on a un peu de plateforme dans l’exploration des donjons. Le mode facile permet de profiter du jeu sans se prendre la tête avec la mise à niveau (ce qui est, quand on est une joueuse occasionnelle comme moi, plutôt le bienvenu !).

Bref un réel plaisir, Kingdom Hearts est vraiment plein de surprise et je m’approprie l’expérience… Mais dès le premier univers, je me rend compte d’un défaut non des moindre du jeu. Une cinématique intervient après un combat, un protagoniste s’en va dans une direction et là je me dis : “Et maintenant… où dois-je aller ?”. Je pense que vous l’avez compris, le premier Kingdom Hearts est un jeu qui laisse sans cesse le joueur deviner ce qu’il doit faire ensuite. Et pour ne pas simplifier les choses, les donjons sont labyrinthiques au possible et les transition scénario/gameplay ne sont pas toujours évidentes à relier… Là je pense que les connaisseurs seront d’accord avec moi : il faut beaucoup de patience à la première partie, lorsque l’on tourne en rond dans la jungle de Tarzan ou dans la caverne aux merveilles… Ces deux niveaux sont ceux dans lesquels j’ai bien passé trois quarts d’heure/une heure à chercher quoi faire pour avancer !

Source : Daylimotion

Passons maintenant à un dernier point, pour lequel je ne suis pas non plus très à l’aise : l’Histoire de l’univers de Kingdom Hearts. Celle de ce premier opus n’est pas encore trop complexe, elle pose les bases : les héros, le grand méchant et la symbolique de l’amour contre les ténèbres. J’avoue personnellement ne pas trop chercher à tout comprendre, je parcours davantage l’univers pour la touche Disney sans trop me prendre la tête avec la complexité scénaristique qui entoure les protagonistes. Après tout, je me mets dans le même état d’esprit que Sora : ce qui compte c’est l’aventure !

Et voilà ! Et vous, quels sont les dernier jeux que vous avez (re)découvert grâce à un remake ou remaster 😃🎮 ??

Cet article vous a été cuisiné par :

Délia

Si vous avez aimé, partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − deux =